La solidarité internationale est la tendresse des peuples - Che Guevara

Comité Libanais de
solidarité   pour   la
libération des Cinq
Héros Cubains
   

Español

English

عربي

Début

   

 

 

  

 

CD Je Reviendrai (Regresaré) - Paroles

Poèmes de Antonio Guerrero

01 Si te sirven  (2.08 Mb)

Aquí estoy arriesgando estos versos
valerosos, leales y risueños,
partos de los intrépidos sentidos,
conceptos engendrados por los sueños,

voces del alma, más que del talento,
que representan una llamarada,
testamentos, secuelas del momento,
tan sólo para el fin de una jornada.

Versos con esta sombra de nostalgia,
con este arraigo nómada y activo,
con esta ausencia sin ella, ni ruidos,

con todo este coraje y esta magia,
con todo este privilegio vivo,
con más amor que libertad nacidos.

Tómalos si te sirven,
para cruzar el mar
o algún abismo.
Guárdalos, si tú quieres,
en el centro de ti mismo.

S'ils peuvent t'être utiles

S'ils peuvent t'être utiles
Je suis là, risquant ces vers
Vaillants, loyaux et souriants,
Accouchements des sens intrépides,

Voix de l'âme plus que du talent,
Qui représentent une flambée,
Des testaments, des séquelles d'un moment,
Seulement pour la fin d'une journée.

Des vers avec cette ombre de nostalgie,
Avec cet enracinement nomade et actif,
Avec cette absence, sans elle et sans bruits,

Avec tout ce courage et toute cette magie,
Avec tout ce vivant privilège,
Nés plus de l'amour que de la liberté.

Prends-les, s'ils te sont utiles
Pour traverser la mer
Ou un abîme quelconque
Garde-les si tu veux
Au centre de toi-même.

02 El mundo de tu mano  (1.27 Mb)

Cuando el brazo lea mis poemas
de una noche callada y encendida,
blanca y frágil, la frase nunca oída
irá cambiando todos tus esquemas.
 
La esencia es fuego y frío, no le temas.
Todo se aprende con tiempo y medida:
los inviernos de cada despedida,
los veranos de amor con que te quemas.

Yo escribo, echo de menos la ventana
que nos hizo de puerta hacia la luna
y nos traía el sol en la mañana.
 
Nada en este pesar ha sido en vano.
Tú sigues siendo luz como ninguna,
yo sigo viendo el mundo de tu mano.

18 de julio de 1999

Le monde ma main dans la tienne

Quand tu liras mes poèmes
Dans les bras d'une nuit silencieuse et incandescente
Blanche et fragile, la phrase que tu n'as jamais entendue
Changera peu à peu tous tes schémas.

L'essence est feu et froid, n'aie pas peur.
Tout s'apprend avec du temps et de la mesure :
les hivers de chaque adieu
les étés de l'amour qui brûle.

J'écris, la fenêtre
Qui nous ouvrait une porte sur la lune
Et nous apportait le soleil le matin,
Me manque.

Rien de cette peine n'a été vain.
Tu restes la lumière à nulle autre pareille
Je continue à parcourir le monde, ma main dans la tienne.

18 juillet 1999

14 Como el agua clara y pura  (1.36 Mb)

Como el agua, clara y pura, 
Corre en su arroyo serena,
Ha de correr la ternura
Cuando aparece una pena.
 
No hay dolor que no sea tuyo;
No hay sufrir sin compartir;
Se ha de tener un orgullo,
Saber dar, sin recibir.

Como el sol, cálido, ardiente,
Le da su luz a una flor,
Desprendido, complaciente,
Ha de brindarse el amor.
 
Verás lo bello del mundo
Cuando más amor le das
Y su esplendor más profundo
Cuando vivimos en paz.

Ayer sentado en el campo
Donde mi verso cultivo,
Una paloma volando
Me trajo un ramo de olivo.
 
Largo ha de ser el camino
Con su esfuerzo tenaz,
Pero hermoso su destino
Edificando la paz.

Su brillo será de oro,
Su belleza de marfil;
Lleno de luz y decoro
Se ha de andar el porvenir.

Comme l'eau, claire et pure

Comme l'eau, claire et pure,
Court sereine en son ruisseau,
Doit courir la tendresse
Quand apparaît une peine.

Il n'est de douleur qui ne soit tienne;
De souffrance sans la partager;
Il faut avoir de la fierté,
Savoir donner, sans recevoir.

Comme le soleil, chaud, ardent,
Donne sa lumière à une fleur,
Désintéressé, complaisant,
Il faut offrir l'amour.

Vous verrez la beauté du monde
Quand vous lui donnez plus d’amour
Et sa splendeur profonde
Quand nous vivons en paix.

Hier assis sur le terrain
Où je cultive ma ligne,
Une colombe battant

M’a présenté une branche d'olivier.

Long doit être le chemin
Avec son effort tenace,
Mais belle est sa destination
Construisant la paix.

Sa luminosité sera en or,
Sa beauté de l'ivoire;
Plein de lumière et de décorum
Il doit marcher vers l'avenir.

11 Eterna inmunidad  (2.47 Mb)

Este amor cuyos sueños apuntamos
hacia la inmensidad de nuestras vidas,
se esconde del dolor de una partida
en un suspiro cuando lo miramos.
 
Este amor que asumimos y moldeamos
sin poner condición a una medida,
tiene en la escasa dicha compartida
la eterna inmunidad de lo que amamos.
 
Si en tu dolido pecho escuchas canto
con una voz lejana y peregrina
no confundas mi canto con el llanto.
 
Aquí por el camino donde hoy ando
mi corazón te sigue conservando
con este amor que nunca se termina.

22 de junio de 1999

Éternelle immunité

Cet amour dont nous profilons les rêves
Vers l'immensité de nos vies,
Se cache dans la douleur d'un départ
Dans un soupir lorsque nous le regardons.

Cet amour que nous avons assumé et modelé
Sans poser de conditions mesurées,
Garde dans le court bonheur partagé
L'immunité éternelle de l'aimé

Si dans ta poitrine douloureuse tu écoutes un chant
À la voix lointaine et errante
Ne confonds pas mon chant avec des pleurs.

Ici, sur le chemin que je suis aujourd'hui
Mon cœur te garde encore en lui
Avec cet amour qui jamais ne finit.

22 juin 1999

05 Tu eres  (1.93 Mb)

A mi hijo
 
Tú eres mi mano,
si a lejanos amigos no puedo saludar.
Tú eres mi voz,
si en tribunas de ideas no puedo denunciar.
Tú eres mi risa,
si a la hora más pura no puedo consolar.
Tú eres mi sueño,
si llegado el momento no pudiera soñar.

30 de junio de 2001

Tu es

Tu es ma main
Si, loin, je ne peux saluer mes amis.
Tu es ma voix
Si je ne peux parler haut à une tribune d'idées.
Tu es mon rire
Si, à l'heure la plus pure, je ne peux consoler.
Tu es mon rêve
Si, le moment venu,
Je ne pouvais plus rêver.

12 Sin reprocharme  (2.65 Mb)

Yo tengo donde asir mis largos sueños,
donde escuchar temblar corajes, miedos,
donde sentir fluir mis duros verbos
y otras palabras nuevas, sin apuros.

Aquí están mis amigos y enemigos,
las primeras miradas, los olvidos,
los cuerpos de mujer que guiaron mis ojos
y me hicieron tomar tantos caminos.
 
Aquí hay aves, estrellas, lluvias, ríos,
árboles que dan frutos y dan sombra
mientras azotan rayos y castigos.
 
Esta es mi casa. Aquí sucedo y cuido.
Aquí espero sentado alguna muerte
sin reprocharme todo lo vivido.

1 de noviembre de 1999

Sans me reprocher

J'ai où saisir mes longs rêves,
Où écouter trembler les courages, les peurs,
Où sentir couler mes verbes durs
Et d'autres mots, sans hâte.

Ici se trouvent mes amis et mes ennemis
Les premiers regards, les oublis,
Les corps de femme qui ont guidé mes yeux
Et m'ont fait prendre tant de chemins.

Ici il y a des oiseaux, des étoiles, des pluies, des rivières,
Des arbres qui donnent des fruits et qui donnent de l'ombre
Tandis que les éclairs et les châtiments les assaillent.

C'est chez moi. Ici il m'arrive des choses et je veille.
Ici j'attends assis une certaine mort
Sans me reprocher tout ce que j'ai vécu.

1er novembre 1999

03 Hoy que vuelvo  (2.03 Mb)

Hoy que vuelvo con lágrimas de versos,
con talante de sol, con esperanza,
confío más que ayer en la confianza
y comprendo mejor los universos.
 
Hoy que vuelvo con mi fe abrumadora
en todos los jodidos pero enteros
y en los que son más viejos y sinceros,
honro al bueno que estaba y no está ahora.
 
No creas que al volver antes estuve
ausente de tu verde pradería,
yo he vivido en tu cielo y en tu nube 
 
soñando sin cesar que estoy volviendo
y al despertarme igual no me sorprendo
de andar por tus caminos todavía.

30 de diciembre de 1999

Aujourd'hui que je reviens

Je reviens : je veux croire que je reviens
Avec ma pire et ma meilleure histoire
Je connais ce chemin par cœur
Mais, quant même, je suis toujours surpris.
Mario Benedetti

Aujourd'hui que je reviens avec des larmes de vers
Avec une humeur de soleil, avec l'espérance,
J'ai plus confiance qu'hier en la confiance
Et je comprends mieux les univers.

Aujourd'hui que je reviens avec ma foi immense
Dans tous les foutus mais debout
Dans ceux qui sont plus vieux et sincères
Je rends hommage au bon qui était et n'est plus.

Ne crois pas que je reviens après
Avoir été absent de ta verte prairie,
J'ai vécu dans ton ciel et ton nuage

rêvant sans cesse que je reviens
Et en me réveillant semblable je ne suis pas surpris
D'arpenter encore tes chemins.

30 décembre 1999

09 La verdad (2.85 Mb)

De frente a tu mirada he vuelto a amanecer.
Sin miedo a mi dolor sano mi herida
Tomando en tu jardín la mas querida
Flor llena de tu aroma y de tu ser.
 
De frente a ti hoy sigo caminando;
Con paso firme el sol cubre mi huella.
Cuan hermoso es poder seguirte amando,
Multiplicar mi amor por cada estrella.
 
Bien tu sabes que hay días de dolor
Cuando el aliento se hace mas profundo.
Solo la vida es vida si hay valor
De llevar la verdad de frente al mundo.

25 de enero de 1999.

La vérité

Face à ton regard, je me suis senti renaître.
Sans avoir peur de la douleur, je soigne ma blessure
Prenant dans ton jardon la fleur la plus aimée
Chargée de ton arôme et de ton être.

Face à toi, je continue à marcher,
D'un pas ferme, le soleil couvre ma trace.
Que c'est beau, pouvoir continuer à t'aimer,
Multiplier mon amour dans chaque étoile.

Tu sais bien qu'il y a des jours de douleur
Lorsque le souffle se fait plus profond.
La vie est vie seulement si existe le courage
De porter la vérité face au monde.

25 janvier 1999

13 The Truth  (1.34 Mb)

 

Facing your gaze I reawaken.

Without fear of my pain I heal my wound,

Taking from your aroma and of yourself.

 

Facing you I keep on walking;

With firm steps the sun covers my footprints.

How beautiful it is to keep loving you,

To multiply my love each star.

 

You know it well that there are painful days

When the breath becomes more deep.

Life is only life if there is courage

To wear the truth , facing the world.

La vérité

Face à ton regard, je me suis senti renaître.
Sans avoir peur de la douleur, je soigne ma blessure
Prenant dans ton jardon la fleur la plus aimée
Chargée de ton arôme et de ton être.

Face à toi, je continue à marcher,
D'un pas ferme, le soleil couvre ma trace.
Que c'est beau, pouvoir continuer à t'aimer,
Multiplier mon amour dans chaque étoile.

Tu sais bien qu'il y a des jours de douleur
Lorsque le souffle se fait plus profond.
La vie est vie seulement si existe le courage
De porter la vérité face au monde.

25 janvier 1999

08 De este amor  (1.42 Mb)

Déjame que te hable con mi sana memoria,
terca como brisa, dócil como una flor.
Claro como un arroyo, turbio como una ola,
déjame que te cuente esta historia de amor.

Ella me dio sus manos, su silencio más fino,
su más irresistible y lánguida mirada.
Yo le di mi lenguaje, mi baile, una sonrisa,
una canción, un árbol, todo fue casi nada.
 
Ella vino despacio, limpia, inmensa, desnuda
y me ofreció su vientre de tierra lisa y pura.
Yo le mojé los labios con un ansia de lluvia
y le sembré raíces en toda su cintura.
 
Ella curó mis llagas, yo la cubrí de cielos.
Ella descubrió el alba, yo anduve sin remedio.
Ella fue la culpable de este amor sin reverso
y estos son de su ayer mis más recientes versos.

23 de enero del 2000

De cet amour

Laisse-moi te parler de ma saine mémoire
obstinée comme la brise, docile comme une fleur.
Clair comme un ruisseau, trouble comme une vague,
Laisse-moi te raconter cette histoire d'amour.

Elle m'a donné ses mains, son silence le plus fin,
Le plus irrésistible et languide de ses regards.
Je lui ai donné mon langage, ma danse, un sourire,
Une chanson, un arbre, tout n'a été presque rien.

Elle est venue lentement, propre, immense, nue
Elle m'a offert son ventre de terre lisse et pure.
Je lui ai mouillé les lèvres d'une soif de pluie
Et j'ai planté des racines tout autour de sa taille.

Elle a soigné mes blessures, je l'ai couverte de cieux.
Elle a découvert l'aube, j'ai avancé sans crainte.
Elle a été la coupable de cet amour sans retour en arrière
Et ce sont là, de son hier, mes vers les plus récents.

23 janvier 2000

07 Sin reverso  (2.77 Mb)

Nadie le da respuesta a mis preguntas.
La soledad es alma del consuelo.
Ella pone a volar en alto vuelo
las buenas y las malas, todas juntas.

La pena y la añoranza como puntas
se clavan en la sangre de mi suelo.
La paciencia retengo, miro al cielo
con anchas ganas de vivir adjuntas.

Yo no soy más que un ordinario ser,
triste y alegre, borracho de sueños
que busca con un verso un renacer.
Y aquí estoy despoblándome de dueños,
tratando de hablar a mi universo,
yendo y amando, libre y sin reverso.

19 de agosto de 1999

Sans revers

Personne ne répond à mes questions
La solitude est l'âme du réconfort.
Elle fait voler très haut
Le bon et le mauvais, ensemble.

La peine et la nostalgie, comme autant de pointes
Viennent se ficher dans le sang de mon sol.
Je m'arme de patience, je regarde le ciel
Avec un immense désir de vivre.

Je ne suis rien qu'un être ordinaire,
Triste et joyeux, ivre de rêves
Qui cherche à renaître dans un vers.

Et je suis là, me dépeuplant de maîtres,
Essayant de parler à mon univers,
Allant et aimant, libre et sans revers.

19 août 1999

10 Acuerdo  (1.10 Mb)

De par en par aquí esta mi pasado,
como una herida de sangrar eterno;
mi barricada es frágil a lo tierno,
a lo ya conocido y a lo amado. 
 
Mis domicilios me han abandonado
en cambio hoy siento más calor materno;
tu mano, soledad, todo es alterno.
El tiempo hace o deshace lo soñado.
 
A todos nos desvela algún recuerdo,
nos hunde en un silencio sin estrellas,
mas al final llegamos al acuerdo
 
de que hay que caminar, estar al día
y salir a encontrar las cosas bellas
que no hemos descubierto todavía.

3 de octubre de 1999

Décision

À nous tous un passé nous empêche de dormir
Un présent nous brûle
Un avenir nous pousse à agir
(Mario Benedetti)

De part en part, mon passé est ici,
Comme une blessure saignant éternellement;
Ma barricade est fragile contre la tendresse,
Contre ce que je connais et ce que j'aime.

Mes domiciles m'ont abandonné
En revanche, je sens plus aujourd'hui la chaleur maternelle,
Ta main, solitude, tout alterne.
Le temps fait et défait les rêves.

Nous tous, un souvenir nous empêche de dormir
Nous plonge dans un silence sans étoiles,
Mais, finalement, nous parvenons à la décision.

Il faut aller son chemin, être à jour
Et s'avancer à la rencontre des belles choses
Que nous n'avons pas encore découvertes.

3 octobre 1999

04 Fiel  (2.79 Mb)

Soy fiel a mi palabra cada día,
todo amor a tu intocable espera,
lo mismo en la mañana austera,
que en la tarde de gris, fría y sombría.
 
Por ti en la soledad, quieta y vacía
el verso toma forma de bandera.
Por ti no tiene miedo la extranjera
sangre del alma abierta, tuya y mía.
 
Si el silencio me pide que yo aclare
el segundo de cada sentimiento,
que se alce el amor y lo declare,
 
que se abra la tierra y dé su voto,
que el cielo te confirme: !Nunca miento!
Sigo siéndote fiel, el más devoto.

29 de julio de 1999

Fidèle

Je suis fidèle à la parole donnée chaque jour,
Tout amour pour ton attente intouchable,
Le même dans le matin austère
Que dans l'après-midi grise, froide et sombre.

Pour toi, dans la solitude calme et vide,
Le vers prend la forme d'un drapeau
Pour toi, le sang étranger de l'âme ouverte, la tienne et la mienne
N'a pas peur.

Si le silence me demande de faire la clarté
Sur la seconde de chaque sentiment
Que l'amour se dresse et le déclare

Que la terre s'ouvre et donne son vote
Que le ciel te le confirme : je ne mens jamais
Je te reste fidèle, le plus dévoué.

29 juillet 1999

06 Regresare  (2.41 Mb)

Regresaré y le diré a la vida
he vuelto para ser tu confidente.
De norte a sur le entregaré a la gente
la parte del amor en mí escondida.
 
Regresaré la alegría desmedida
de quien sabe reír humildemente.
De este a oeste levantaré la frente
con la bondad de siempre prometida.
 
Por donde pasó el viento, crudo y fuerte,
iré a buscar las hojas del camino
y agruparé sus sueños de tal suerte
 
que no puedan volar en torbellino.
Cantaré mis canciones al destino
Y con mi voz haré temblar la muerte.

24 de junio de 1999

Je reviendrai

Je reviendrai et je dirai à la vie
Je suis rentré pour être ton confident.
Du Nord au Sud, je donnerai aux gens
La part d'amour cachée en moi.

J e répandrai la joie démesurée
De celui qui sait rire humblement.
D'Est en Ouest, j'irai la tête haute
Avec la bonté toujours promise.

Là ou passe le vent , cruel et fort,
J'irai chercher les feuilles du chemin
Et je rassemblerai tes rêves de telle sorte
Qu'ils ne puissent voler en tourbillons.

Je chanterai mes chansons au destin
Et je ferai, de ma voix, trembler la mort

24 juin 1999

 
 

Imprimer Envoyer à un ami Retour Votre opinion Fermer Haut de page
 

Comité Libanais de solidarité pour la libération des Cinq Héros Cubains
 lebanese4cuban5@gmail.com
webmaster@lebanese4cuban5.com