La solidarité internationale est la tendresse des peuples - Che Guevara

Comité Libanais de
solidarité   pour   la
libération des Cinq
Héros Cubains
   

Español

English

عربي

Début

   

 

 

  

 

Les lettres adressées à Saddam Hussein

Extrait du chapitre 25 du livre Cent heures avec Fidel

La guerre d’Iraq, est-elle d’après vous inévitable ?

En février 2003, quelques semaines avant la guerre, je me trouvais en Malaisie dans le cadre du Sommet des pays non alignés ; là, à Kuala Lumpur, j’ai parlé longuement avec les membres de la délégation Iraqienne et avec le vice-président d’alors Taha Yassin Ramadan. Voilà ce que je leur ai dit : « Si vous possédez réellement des armes chimiques, détruisez-les pour faciliter le travail des inspecteurs de l’ONU. » C’était pour eux la seule possibilité d’éviter l’attaque. Et je crois qu’ils l’ont fait, si tant est qu’ils possédaient ces armes. L’attaque était déjà décidée, même s’ils ne les possédaient pas.

Qu’elle est votre opinion sur Saddam Hussein ?

En 1991, après l’invasion du Koweït, il s’est enfermé dans une logique qui conduisait à une crise sérieuse. Nous avons voté la résolution de l’ONU qui condamnait cette invasion. Je lui ai adressé deux lettres par l’intermédiaire d’émissaires personnels, en lui recommandant de négocier et de se retirer à temps du Koweït.

La première lettre, datée du 2 août 1990, disait :

« C’est avec douleur que je m’adresse à vous car, selon les nouvelles reçues aujourd’hui, les troupes de votre pays sont entrées dans l’État du Koweït.

Indépendamment des motifs ayant donné lieu à une décision aussi dramatique, je suis obligé de vous exprimer notre préoccupation pour les graves conséquences que cela peut entraîner pour l’Iraq et pour le Koweït, en premier lieu, et pour tous les pays du tiers monde. Cuba, malgré les liens d’amitié qui l’unissent à l’Iraq, est obligée de s’opposer à une solution militaire du conflit éclaté entre l’Iraq et le Koweït.

La réaction immédiate de l’opinion publique internationale, informée par les transnationales des nouvelles, crée une situation très dangereuse et vulnérable pour l’Iraq.

À mon avis, il est fort probable que les États-Unis et autres alliés vont tirer profit de cela pour intervenir militairement dans le conflit et frapper durement l’Iraq. D’autre part, Washington cherchera à consolider le rôle qu’il s’est attribué de gendarme dans le monde et dans le Golfe.

Devant une telle situation, le facteur temps s’avère décisif ; voilà pourquoi je vous exhorte à manifester, à travers les bons offices de la Ligue arabe ou du Mouvement des pays non alignés, à qui nous nous adressons dans ce but, votre volonté de retirer les troupes Iraqiennes du Koweït et de chercher immédiatement une solution politique et négociée du conflit. Ces actions contribueraient à renforcer la position internationale des pays du tiers monde face au rôle de gendarme des États-Unis et consolideraient en même temps la position de l’Iraq devant l’opinion internationale.

L’essentiel maintenant est d’éviter l’intervention impérialiste sous le prétexte de défendre la paix et la souveraineté d’un petit pays de la région. Un tel précédent serait funeste aussi bien pour l’Iraq que pour le reste du tiers monde.

Une position claire de la part de l’Iraq et ses actions décidées et immédiates en faveur d’une solution politique nous aidera à prévenir et à déjouer les plans agressifs et interventionnistes des États-Unis.

Cuba est prête à coopérer dans n’importe quelle démarche pouvant contribuer à parvenir à cette solution.

Je suis sûr que ces points de vue que je vous transmet reflètent le sentiment qu’éprouvent actuellement des dizaines de pays dans le monde qui ont toujours regardé avec respect et considération votre pays. »

C’est ainsi que concluait notre appel à trouver une solution juste et raisonnable.

Un peu plus tard, le 4 septembre 1990, en réponse à un message adressé depuis l’Iraq, j’ai ratifié la position de principes exprimée plus haut et j’ai exhorté à trouver un règlement politique de cette difficile conjoncture qui pouvait devenir encore plus complexe, sombre et aux graves conséquences pour le monde.

Nous avons insisté une fois de plus. Un des paragraphes de la deuxième lettre disait :

Je me suis décidé à vous transmettre ce message que je vous prie de lire et d’analyser ; néanmoins, de par sa teneur, je suis obligé de partager avec vous mes réflexions sur des réalités certainement amères, dans l’espoir qu’elles vous seront utiles à un moment où vous devez prendre des décisions dramatiques.

Plus loin, je signalais :

À mon avis, la guerre va éclater inexorablement si l’Iraq n’est pas prêt à trouver une solution politique négociée sur la base du retrait du Koweït. Cette guerre peut être extrêmement destructrice pour la région, en particulier pour l’Iraq, indépendamment du courage avec lequel le peuple Iraqien est prêt à combattre.

Les États-Unis ont réussi à établir une grande alliance militaire, qui comprend outre l’OTAN, des forces arabes et musulmanes ; sur le terrain politique, ils ont d’autre part présenté à la plupart de l’opinion internationale, une image extrêmement négative pour l’Iraq, compte tenu des faits susmentionnés qui, tous, ont donné lieu à une réaction et à une hostilité profondes aux Nations Unies et dans une grande partie du monde. Autrement dit, les conditions idéales sont favorables aux plans hégémoniques et agressifs des États-Unis. En revanche, les conditions militaires et politiques ne peuvent être pires pour le déclenchement d’une guerre de la part d’Iraq. Dans ces conditions, la guerre diviserait les arabes de longues années durant ; les États-Unis et l’Occident maintiendraient une présence militaire indéfinie dans la région et les conséquences seraient désastreuses non seulement pour la nation arabe, mais aussi pour le tiers monde dans son ensemble.

L’Iraq risque de prendre part à une lutte inégale, sans une justification politique solide et sans le soutien de l’opinion mondiale, à l’exception évidemment, des sympathies dont on fait preuve nombre de pays arabes.

C’est ainsi que l’on pouvait résumer notre perception sur cette affaire. Nous avons toujours exhorté Saddam à changer de position.

On ne peut permettre que tout ce que le peuple iraqien a construit pendant de longues années et que les énormes possibilités futures soient détruits par les armes sophistiquées de l’impérialisme. S’il existait des raisons justifiées et irréfutables pour cela, je serais le dernier à lui demander de renoncer à ce sacrifice.

Accéder à la demande de l’immense majorité des pays membres des Nations Unies qui demandent le retrait du Koweït ne doit pas être considéré jamais par l’Iraq comme un déshonneur ou comme une humiliation.

Indépendamment des raisons historiques que croit avoir l’Iraq en ce qui concerne le Koweït, une chose est vraie et c’est que la communauté internationale s’oppose quasi-unanimement à la méthode utilisée. Et c’est sur ce vaste consensus international que se base la volonté impérialiste de détruire l’Iraq et de s’emparer des ressources énergétiques de toute la région.

Cependant, tous ces efforts ont fait long feu.

Avez-vous connu personnellement Saddam Hussein ?

Oui, en septembre 1973. J’étais à Alger, siège du Sommet des pays non alignés ; puis j’allais me rendre à Hanoi, sur invitation du gouvernement vietnamien. Le Viêt-nam n’était pas encore libéré. Saddam Hussein est venu me recevoir à l’aéroport de Baghdad. À cette époque, il était vice-président de l’Iraq ; il était le chef du parti Baas. À mes yeux, il était un homme honnête, aimable ; nous avons parcouru ensemble la ville, très belle, avec de vastes avenues et avec des ponts sur le Tigre et l’Euphrate. J’y suis resté une journée seulement. C’est à Baghdad que je reçois la nouvelle du putsch au Chili contre Allende...

Du point de vue militaire, comment évalueriez-vous le système de défense utilisé par les forces iraqiennes dans cette guerre ?

Nous avons suivi de près cette guerre de mars à mai 2003. Pourquoi l’Iraq n’a-t-il pas résisté ? Mystère. Pourquoi n’a-t-il pas fait sauter les ponts pour retarder l’avancée des troupes nord-américaines ? Pourquoi n’ont-ils pas fait sauter les dépôts de munitions, les aéroports, avant qu’ils ne tombaient pas entre les mains des envahisseurs ? Tout cela demeure encore un grand mystère. Certains chefs ont sans doute trahi Saddam.

À la veille de la guerre, tous les pays, sauf vous, ont fermé leurs ambassades en Iraq. Quand avez-vous quitté l’Iraq ?

À un moment donné, notre ambassade, et celle du Vatican, ont été les seules à rester ouvertes à Baghdad. Même les Russes ont quitté le pays. Ce n’est qu’après l’entrée des forces nord-américaines dans la capitale d’Iraq que nous avons donné l’ordre de quitter Baghdad. Nous ne pouvions demander aux cinq personnes qui étaient à notre ambassade de défendre les locaux contre deux armées. Des sauf-conduits ont été délivrés à nos diplomates qui ont pu quitter sans problèmes le pays. Les documents ont été remis par une organisation internationale, non pas par les Nord-américains.

Quelle est votre appréciation sur l’évolution de la situation en Iraq ?

À mon avis, l’occupation de l’Iraq va favoriser l’accroissement de la résistance populaire. Le pays sera un enfer, et il ne cessera pas de l’être. C’est pourquoi le premier objectif à atteindre sera la passation immédiate du pouvoir réel aux Nations Unies, le début du processus de récupération de la souveraineté et l’instauration d’un gouvernement légitime, fruit de la décision du peuple iraqien. Mais à partir d’une décision authentique, légitime, et non pas d’élections tenues en pleine occupation militaire néocoloniale. La répartition scandaleuse des richesses de l’Iraq doit aussi cesser.

(Granma) 01-01-2007

 
 

Imprimer Envoyer à un ami Retour Votre opinion Fermer Haut de page
 

Comité Libanais de solidarité pour la libération des Cinq Héros Cubains
 lebanese4cuban5@gmail.com
webmaster@lebanese4cuban5.com